Cabinet de psychologie en ligne
Psychologue clinicienne à Ambérieu-en-Bugey
 
 
Disponible aujourd'hui de 9h à 20h
 
06 01 95 71 75

MEDITATION PLEINE CONSCIENCE EN MILIEU SCOLAIRE

PSYCHOPEDAGOGIE

MEDITATION PLEINE CONSCIENCE EN MILIEU SCOLAIRE : QUELS BENEFICES POSSIBLES POUR LES ELEVES ?

 

Depuis une dizaine d’années de nouvelles techniques sont testées à l’Education Nationale pour répondre à des difficultés fréquemment rencontrées par les élèves (problèmes d’attention, de stress, de régulation des émotions, d’impulsivité, etc.). C’est vrai plus particulièrement en primaire, mais il existe aussi des expérimentations dans le secondaire. Une de ces expérimentations est l’apport de techniques d’IBPC (Interventions Basées sur la Pleine Conscience) dans les classes.

 

 

Qu’est-ce que la méditation en pleine conscience ?

La pleine conscience peut être définie comme la capacité mentale d’un individu à se focaliser sur la perception directe et immédiate de l’instant présent et d’observer avec une attitude d’ouverture et de curiosité les composantes internes (pensées, émotions, sensations physiques) et externes (environnement physique et social) de cet instant présent avec non-jugement et non-réactivité (Brown & Ryan, 2003 ; Kabat-Zinn, 2003 ; Lutz, Dunne & Davidson, 2007).

En termes plus simples, il s’agit de concentrer son attention sur le moment présent, seconde après seconde, en évitant d’être parasité par les ruminations liées au passé ou par les inquiétudes liées à l’avenir.

 

 

Quelles applications en milieu scolaire ?

Il existe déjà des programmes d’IBPC pour les adultes, mais il a fallu procéder à des adaptations pour mieux correspondre au niveau de développement cognitif et émotionnel des enfants. Notamment, les leçons et exercices ont été raccourcis et les instructions simplifiées pour les élèves. Ces expérimentations sont toujours en cours dans de nombreux pays : MindUp, Learning to Breathe, Dot b…

Les exercices proposés peuvent se classer en deux catégories :

  • Concentration sur les perceptions internes (respiration, sensations corporelles, émotions ressenties…).
  • Concentration sur les perceptions externes (bruits, objets, personnes, autour de soi…).

 

 

Pour quels objectifs ?

Ces expérimentations cherchent à vérifier si les techniques d’IBPC peuvent avoir un impact positif sur :

  • Les performances académiques des élèves (leurs notes),
  • La capacité d’attention des élèves,
  • La tendance à l’impulsivité de certains élèves,
  • La gestion émotionnelle des élèves
  • Les comportements sociaux des élèves.

 

 

Pourquoi s’intéresser à ces facteurs ? En quoi favorisent-ils une meilleure scolarité ?

La capacité d’attention et la capacité d’inhibition des impulsions (cognitives, émotionnelles, motrices) sont ce qu’on appelle des fonctions exécutives. Notre cerveau a un certain niveau de performance à la base (pas figée, mais évolutive dans le temps), qu’on pourrait comparer à la puissance brute d’un ordinateur. Dans cette comparaison, les fonctions exécutives seraient un peu comme un logiciel d’exploitation qui permet d’utiliser cette puissance de façon plus ou moins efficace.

La capacité à focaliser son attention de façon efficace et durable fait partie de ce logiciel. Elle permet de se concentrer sur les leçons, exercices, devoirs… Sans concentration, pas de bonne compréhension ni de bonne mémorisation. La capacité d’inhibition des impulsions est un facteur très important dans de nombreux domaines de la scolarité. Sur le plan cognitif, elle permet de dépasser les réponses intuitives pour accéder au raisonnement. Sur le plan émotionnel, elle permet de prendre du recul face à ses émotions. Sur le plan comportemental, elle limite l’hyperactivité et les comportements sociaux inadaptés.

On voit ici une intrication des facteurs étudiés, car la performance des fonctions exécutives est directement liée à la performance dans la gestion émotionnelle et les comportements sociaux.

 

 

Quelles conclusions tire-t-on de ces études ?

Tout d’abord, une incitation à la prudence quant à ces conclusions. Toutes les études sur le sujet n’ont pas le même degré de solidité méthodologique, n’utilisent pas toutes les mêmes protocoles ni les mêmes échelles d’évaluation pour les 5 facteurs. De ce fait, elles sont difficilement comparables et montrent parfois des résultats contradictoires. Je vous indiquerai donc ici uniquement les conclusions ressortant d’une majorité d’études.

  • Impact sur les performances académiques : pas d’impact significatif.
  • Impact sur les capacités d’attention, d’inhibition et de flexibilité mentale : effet bénéfique significatif dans 75% des études.
  • Impact sur la régulation émotionnelle : effet bénéfique significatif dans 78% des études.
  • Impact sur les comportements sociaux : effet bénéfique significatif mais faible dans 57% des études.

 

 

En conclusion

L’utilisation de techniques d’IBPC en milieu scolaire ne semble pas avoir d’impact positif sur les performances académiques des élèves. Cependant, elle permet d’entraîner et améliorer certaines capacités indispensables à une bonne scolarité, comme les fonctions exécutives (attention, inhibition, flexibilité mentale). Ces capacités sont en fait utilisées dans tous les domaines de la vie, pas seulement à l’école. L’utilisation de ces techniques permet également d’entraîner et améliorer les capacités de régulation émotionnelle des élèves (anxiété et stress principalement).

Mais tout cela demande du temps, en parallèle d’un programme déjà bien chargé. De ce fait, cela vaut il le coup pour tous les élèves ? Il me semble que ce n’est pas forcément le cas. Mais ces techniques seraient particulièrement adaptées pour aider des élèves souffrant de TDAH (Trouble Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité), d’impulsivité excessive ou d’anxiété importante.

Les parents de ces élèves peuvent aussi s’informer sur ces méthodes et les pratiquer avec leurs enfants à la maison pour les aider à améliorer leurs capacités. Il faut juste se rappeler d'adapter ces techniques pour des enfants : séances plus courtes, consignes plus simples que pour des adultes.

 

 

Sources et liens :

https://youtu.be/O1hdckSPLjE : vidéo sur les différentes techniques d’IBPC et leurs applications

https://youtu.be/7xODXiMe8mM : vidéo d’introduction aux IBPC

https://www.researchgate.net/publication/326300731_Quels_sont_les_benefices_academiques_cognitifs_socio-emotionnels_et_psychologiques_des_interventions_basees_sur_la_pleine_conscience_en_milieu_scolaire_Une_synthese_des_39_etudes_quantitatives_publieehttps://www.researchgate.net/profile/Anne- : résumé de méta-analyses sur d’éventuels bénéfices des IBPC pour les élèves en milieu scolaire.

 


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site a été créé grâce à Psychologue.fr

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.